Dakhla: Projets structurants de l’ONEE dans la région Dakhla-Oued Eddahab

Parallèlement à la station de dessalement d’eau de mer qui devrait entrer en fonction avant fin 2021 à Laâyoune, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a programmé de grands projets qui sont en cours de réalisation pour l’alimentation en énergie électrique et l’assainissement liquide dans la région Dakhla-Oued Eddahab.

Le Directeur général de l’ONEE, Abderrahim El Hafidi a ainsi effectué, mercredi à Dakhla, une visite de terrain pour s’enquérir de ces projets. Ceux liés à l’électricité ont mobilisé 276 millions de dirhams (MDH) pour répondre à la demande croissante en énergie électrique vu la dynamique socio-économique que connaît la région et son rayonnement aux niveaux national et continental.

Après le grand projet stratégique relatif au raccordement de la ville de Dakhla au réseau national de l’électricité, l’Office entame une “étape importante” axée sur le raccordement en électricité des Centres et communes de la région, ainsi que le port atlantique et le pôle urbain qui va être réalisé au PK 40, a souligné Abderrahim El Hafidi, dans une déclaration à la presse.

“Nous avons aussi mis au point les derniers réglages pour le projet de raccordement en électricité du poste-frontière El Guerguarat, qui va être relié à la centrale de production à Bir Gandouz, en vue d’augmenter la capacité de production”, a-t-il poursuivi, notant que l’Office se penchera également sur la réalisation d’une ligne de raccordement avec ce poste frontalier d’environ 83 KM.

Par ailleurs, le DG de l’ONEE a visité le chantier du projet de l’unité de séchage solaire des boues à la station d’épuration des eaux usées (STEP) de Dakhla pour suivre l’état d’avancement des travaux.

D’un coût de 26 MDH, cette unité de séchage dispose d’une capacité de traitement de 20 T/J. Toutes les dispositions sont prises par l’Office pour démarrer les essais en octobre 2021 pour une mise en exploitation de l’unité de séchage solaire avant la fin de l’année 2021.

M. El Hafidi a également visité les autres unités de la STEP, qui est du type boues activées, avec une capacité de 10.000 m3/j et équipée d’un système de traitement tertiaire pour la réutilisation des eaux épurées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.