Abdelouafi Laftit: Le processus de régionalisation évolue de manière palpable sur le terrain

Le renforcement du processus de régionalisation et de développement territorial connaît une évolution qualitative palpable sur le terrain, a indiqué le ministre de l’intérieur, Abdelouafi Laftit, mercredi en commission de la Chambre des représentants.

Exposant les grandes lignes du budget sectoriel de son ministère pour 2022 lors d’une réunion de la commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, M. Laftit a affirmé que des efforts soutenus ont été consentis à l’effet de poursuivre la matérialisation de ce chantier pionnier, auquel SM le Roi Mohammed VI attache un intérêt particulier et accorde Sa Haute sollicitude.

Des programmes de modernisation et de digitalisation sont en cours d’élaboration pour développer les instruments de gestion et de gouvernance de manière générale, a ajouté le ministre.

La mise en œuvre du Nouveau modèle de développement constitue une véritable occasion pour renforcer et enrichir les mécanismes de décentralisation et de gouvernance territoriale, a expliqué M. Laftit.

Ceci, à travers des modes innovants et des méthodes efficaces en matière de développement régional et local, notamment la réalisation de projets adaptés à la lutte contre la précarité sociale, au désenclavement des zones montagneuses et des villages reclus, ou encore l’élaboration de programmes horizontaux (intersectoriels) dédiés à la gestion spatiale, au diapason des critères d’efficacité et d’efficience, a fait observer le ministre.

Dans le cadre de l’accompagnement des collectivités territoriales, M. Laftif a fait savoir que le ministère de l’Intérieur a continué à leur apporter un soutien technique et financier, aussi bien sur le plan de la planification et de l’aménagement spatial qu’au niveau des réseaux publics de proximité et des programmes et services publics locaux, ou encore en matière de développement des compétences de leurs effectifs et de transformation digitale de leurs services et prestations.

En application des dispositions de l’article 83 de la loi organique relative aux régions, 11 sur 12 régions ont adopté leurs programmes de développement respectifs et le visa du ministère de l’Intérieur y a été apposé, alors que ceux de la région de Drâa-Tafilalet sont en cours d’élaboration.

Concernant les contrats-programmes entre l’Etat et les régions pour la mise en œuvre des projets prioritaires des programmes de développement régional, il a été procédé à la signature de 5 d’entre-eux, actuellement en cours de réalisation. Ils concernent les régions de Fès-Meknès (11192,90 millions DH), Dakhla-Oued Ed-Dahab (574 millions DH), Béni Mellal-Khénifra (6245,21 millions DH), Guelmim-Oued Noun (5554,40 millions DH) et Souss-Massa (2478,67 millions DH).

Pour ce qui est des contrats-programmes intégrés des trois régions du sud du Maroc, le ministère a procédé, dans le cadre de l’application de ses engagements contractuels au titre de l’année 2021, au transfert de ses contributions financières, prévues en vertu des accords de partenariat relatifs à ces régions, a indiqué M. Laftit, rappelant que le coût global des projets du nouveau modèle de développement des provinces du sud s’élève à 79 milliards DH, destinés à la réalisation d’environ 700 projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.