Birmanie: Condamnation internationale de la prise du pouvoir par les militaires

Les condamnations ont fusé de toutes parts dans le monde après le coup d’État mené par l’armée contre la cheffe du gouvernement de Birmanie, Aung San Suu Kyi, qui a été arrêtée avec plusieurs autres responsables gouvernementaux et des membres de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Ces arrestations interviennent alors que le Parlement issu des élections législatives du 8 novembre dernier devait entamer sa première session ce lundi.

Depuis plusieurs semaines, les militaires dénonçaient des fraudes aux législatives de novembre, remportées largement par la LND, au pouvoir depuis 2015.

Pourtant, le scrutin du 8 novembre avait été reconnu globalement libre et équitable.

L’armée a proclamé l’état d’urgence pour une période d’un an et nommé un général président par intérim.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.