Le Maroc dispose de 149 barrages d’une capacité de 19 milliards m³

Le Maroc dispose d’importantes infrastructures hydrauliques, dont 149 barrages d’une capacité dépassant les 19 milliards mètres cubes (m³), a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka.

Ces infrastructures comportent également neuf stations de dessalement d’eau de mer produisant annuellement 147 millions m3, ainsi que des milliers de puits d’extraction des eaux souterraines, ce qui permet de fournir en continuité de l’eau potable et de répondre aux besoins hydriques primordiaux pour l’agriculture, l’irrigation et l’industrie, a t-il expliqué en réponse à une question à la Chambre des représentants.

Le ministre a, en outre, passé en revue les divers programmes dans lesquels le Maroc s’est engagé en matière de gestion du domaine hydrique, dont celui relatif à l’irrigation d’un million d’hectares, la construction des barrages collinaires, l’alimentation en eau potable en milieu rural, le programme national d’assainissement liquide et la stratégie nationale de l’eau (SNE).

M. Baraka a aussi mis l’accent sur les défis à relever, notamment en milieu rural en termes d’approvisionnement en eau potable et des systèmes d’assainissement.

Le ratio de quantité d’eau par personne a atteint en moyenne 606 mètres cubes. Cependant, il varie considérablement selon la capacité des bassins hydrauliques. En plus clair, celui du bassin hydraulique du Loukkos s’élève à 1200 mètres cubes, alors que celui du bassin de Bouregreg ne dépasse pas 141 m3, a fait observer le ministre, notant que la quantité d’eau per capita sur fond des changements climatiques va se réduire entre 10% à 20% à l’horizon 2030 et entre 40% à 50% à l’horizon 2050.

Par ailleurs, le ministre a évoqué la persistance de certains problèmes, dont ceux déjà relevés par le rapport sur le Nouveau modèle de développement. Il s’agit principalement du raccordement au réseau d’assainissement liquide qui ne dépasse pas 10% dans le monde rural, ainsi que la proportion des familles raccordées au réseau d’eau à 65%, et ce en dépit de la proportion d’approvisionnement en eau potable, ayant atteint 97,8% dans le monde rural.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.