Forêts du Maroc 2020-2030: Programme de reboisement de 600.000 ha

La nouvelle stratégie « Forêts du Maroc 2020-2030 » a programmé 600.000 hectares de plantations forestières sur les douze régions du Royaume à raison de 50.000 ha par an au début du programme pour atteindre 100.000 ha à l’horizon 2030, selon le Département des Eaux et forêts du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.

Ce programme a été examiné lors de la 3ème réunion du comité de pilotage avec les directeurs centraux du Département des Eaux et Forêts, tenue jeudi dernier en visioconférence et présidée par le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch.

Issu de plans d’aménagement des différentes forêts marocaines qui feront l’objet de concertations avec les populations riveraines, ce programme de reboisement comprendra l’arganier, le chêne liège, le chêne vert, le thuya, le cèdre, le caroubier, l’eucalyptus, le pins et d’autres essences forestières.

L’implication des populations locales dans le développement durable des forêts, à travers des incitations adéquates, constitue un levier majeur apporté par la nouvelle stratégie, explique le Département des Eaux et Forêts.

Quelque 460 millions de plants seront produits à l’horizon 2030 et une nouvelle approche est mise en place pour que les 54 pépinières d’espèces forestières du Département des Eaux et Forêts soient progressivement confiées au secteur privé.

Parallèlement, des travaux d’aménagement et de mise à niveau des installations ont été lancés pour la création d’une pépinière publique moderne, au niveau de la forêt de la Maâmora, selon les standards internationaux pour en faire un modèle à l’échelle continentale et préserver la spécificité génétique des forêts marocaines.

Lors de cette réunion, qui s’inscrit dans le cadre de l’exécution de la stratégie « Forêts du Maroc 2020-2030 », lancée le 13 février dernier par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Aziz Akhannouch a rappelé l’importance de la refonte institutionnelle en cours par la création de l’Agence des Eaux et Forêts et l’Agence des Parcs Nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.