Covid-19: Pourquoi l’Algérie traîne au dernier rang des vaccinés dans le monde

Deux semaines après le début de la vaccination contre le Covid-19 en Algérie, l’opération se déroule dans le chaos le plus total, le site de comptage en temps réel « covidvax.live » qui comptabilise les vaccins administrés à travers le monde, place ainsi l’Algérie au dernier rang avec à peine 217 personnes vaccinées à ce jour.

La différence est flagrante comparée à d’autres pays de la région, qui approchent de 1 million de personnes vaccinées. Mais ce rythme poussif a peut être des explications concrètes. D’après des sources médicales en Algérie, ces 217 doses du précieux vaccins ont été inoculées en priorité aux hauts gradés de l’armée, à leur tête le chef d’état-major, le général Said Chengriha, et à quelques privilégiés du régime.

Pour le reste, il faut attendre que l’organisation de la campagne de vaccination et la logistique se mettent en place, ce qui n’est pas chose acquise. Depuis l’arrivée du premier lot de 50.000 doses du vaccin russe Spoutnik-V, le 28 janvier, les autorités tournent en rond.

À l’origine de cet énorme gâchis, une organisation défaillante en amont, à commencer par le choix tardif du vaccin et la logistique inadaptée à ce genre de campagne à grande échelle.

Dès le départ, des spécialistes algériens, à l’image du Dr Mohamed Berkani et du Pr Kamel Bouzid ont formulé des critiques acerbes contre les autorités pour le retard pris par l’Algérie dans la sélection des vaccins.

Ainsi, deux semaines après le lancement de la campagne de vaccination le 30 janvier, même les applications pour la prise de rendez-vous ne fonctionnent pas, ce qui ne fait qu’exacerber le scepticisme et le sentiment de « Hogra » chez les Algériens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.