ONU: Le Pacte de Marrakech sur la migration, une contribution majeure au multilatéralisme

Le Pacte de Marrakech sur la migration représente une contribution majeure au multilatéralisme pour relever les défis et exploiter les opportunités des migrations internationales et de la mobilité humaine, grâce à une approche globale et coopérative, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Depuis l’adoption de ce Pacte en décembre 2018, le Secrétaire général de l’ONU a pris des mesures importantes, grâce à la création du Réseau des Nations-Unies sur les migrations, pour renforcer le soutien de l’ensemble du système onusien aux États et à toutes les parties prenantes concernées dans la poursuite de la mise en œuvre du Pacte de Marrakech, a souligné Nasser Bourita dans un discours prononcé au nom des pays champions de la mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (PMM), dans le cadre du Forum Politique de Haut Niveau sur le Développement Durable du Conseil Économique et Social des Nations-Unies.

L’initiative des pays champions du PMM représente un groupe informel ouvert d’États engagés dans la mise en œuvre efficace du PMM, dans le respect de sa vision à 360 degrés et de ses principes directeurs, et ancré dans la poursuite de la réalisation des objectifs de développement durable, a expliqué le ministre.

Soutenus par le Réseau des Nations-Unies sur les migrations, les pays champions œuvrent à la réalisation des objectifs du Pacte mondial grâce au leadership, aux échanges et à la collaboration entre pairs, guidés par les réalités et les priorités de chaque pays, a-t-il rappelé, tout en appelant les autres États à se joindre à cette initiative collective pour élargir la plate-forme de champions représentant l’ensemble des réalités migratoires reflétées dans le pacte.

“En effet, nous avons l’occasion à ce Forum politique de haut niveau d’articuler les objectifs du PMM que nous devons accélérer pour aider à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), assurant une reprise inclusive et résiliente après la pandémie, tout en ne laissant personne de côté”, a plaidé M. Bourita. Et d’ajouter que ce Forum présente également un moment opportun pour réfléchir à la manière de créer des synergies entre ces divers processus d’examen mondial et de s’assurer que les migrants sont réellement inclus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.