Bourita: L’Afrique est un acteur central du Pacte Mondial pour des Migrations Sûres

L’Afrique s’est positionnée comme un acteur central de la mise en œuvre du Pacte Mondial pour des Migrations Sûres, Ordonnées et Régulières (pacte de Marrakech), a affirmé mercredi, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, lors de la première réunion intergouvernementale pour l’Examen régional du Pacte mondial.

« Alors même que la migration africaine est stigmatisée, surchargée de préjugés et associée à des conceptions binaires, l’Afrique s’est positionnée comme un acteur central de la mise en œuvre du Pacte », a souligné le ministre à l’ouverture de cette réunion.

De grandes mesures africaines récentes sont des marqueurs à cet égard, a ajouté Nasser Bourita, qui présidait cette conférence tenue virtuellement, citant notamment la mise en place effective de l’Observatoire Africain des Migrations dont le siège a été inauguré le 18 décembre 2020 à Rabat.

Cette Instance de l’UA – qui est la toute première à siéger au Maroc – est née d’une Vision Royale, portée par l’Agenda africain sur la Migration, a poursuivi le ministre, notant que l’Observatoire est, aussi, une déclinaison directe du Pacte de Marrakech, et en particulier de son objectif premier, qui est de collecter et d’utiliser des données précises qui serviront à l’élaboration de politiques fondées sur la connaissance des faits.

La seconde mesure concerne la participation notoire de l’Afrique au Fonds multipartenaires de la Migration, qui est un mécanisme mis en place en vue d’assister les pays dans la mise en œuvre du Pacte.

En effet, 16 des 39 projets – soit 41% du total des projets retenus pour financement, ont été soumis par des pays africains, a indiqué M. Bourita, relevant que l’Afrique s’est également, distinguée avec 4 projets collectifs, donnant ainsi l’exemple d’une gestion régionale concertée, que le Pacte de Marrakech appelle de ses vœux.

Le ministre a aussi rappelé que la migration en Afrique est, d’abord, régionale, soulignant que c’est « d’abord » au niveau des Etats du Continent et de chacune de ses sous-régions, qu’elle doit être traitée.

Il a dans ce sens rappelé que la conscience précoce du Maroc qu’une mise en œuvre efficace du Pacte de Marrakech au niveau régional, commence à l’échelon national, précisant qu’en lançant sa Stratégie nationale d’immigration et d’asile, en 2013, le Royaume la voulait à la fois responsable et solidaire, à l’image de l’approche qu’il a défendue dans l’Agenda Africain pour la Migration en janvier 2018 et le Pacte Mondial en décembre de la même année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.