HCR: L’Algérie interpellée sur le calvaire des séquestrés dans les camps de Tindouf

L’ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, a interpellé jeudi le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) sur l’entière responsabilité du régime algérien dans la persistance du calvaire enduré par les populations séquestrées dans les camps de Tindouf.

S’exprimant dans le cadre de la 82ème réunion du Comité permanent du Programme du HCR, M. Zniber a énuméré les multiples violations du droit international et du droit humanitaire commises à l’encontre des populations des camps de Tindouf.

Le Maroc continue d’exprimer sa vive préoccupation concernant la dévolution par l’Algérie de ses pouvoirs au groupe armé du polisario dans les camps de Tindouf, ce qui constitue une situation singulière et sans précédent dans le droit international, a souligné l’ambassadeur.

Il a de même dénoncé la militarisation des camps de Tindouf en violation des obligations internationales stipulant que les pays d’accueil assument la responsabilité d’assurer le caractère humanitaire de l’asile.

L’ambassadeur a condamné, par ailleurs, les crimes abjects commis par les forces de sécurité algériennes contre les habitants des camps de Tindouf, rappelant le cas de deux jeunes sahraouis brûlés vifs par une patrouille de l’armée algérienne.

M. Zniber s’est élevé, en outre, contre le recrutement forcé d’enfants soldats dans des milices armées à Tindouf en violation des chartes internationales relatives aux droits des enfants. Il a attiré, par ailleurs, l’attention sur la poursuite du détournement de l’aide humanitaire destinée aux populations des camps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.