Tanger: Conférence internationale sur les potentialités thérapeutiques et industrielles du cannabis

La 1ère Conférence internationale sur les potentialités thérapeutiques et industrielles du chanvre au Maroc se tiendra du 22 au 24 octobre à Tanger, avec la participation de nombre de scientifiques, chercheurs et industriels, marocains et étrangers.

Organisée par l’Association marocaine consultative d’utilisation du cannabis (AMCUC), cette conférence s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par le Maroc en vue de développer les différents aspects scientifiques et socioéconomiques à même d’apporter des valeurs ajoutées considérables à ce secteur.

Les travaux de la conférence seront encadrés par des chercheurs, scientifiques, médecins et industriels, marocains et étrangers, dans l’objectif d’examiner les potentialités thérapeutiques et les utilisations industrielles du chanvre, ainsi que les possibilités d’utiliser ses composantes pour lancer des activités économiques à valeur ajoutée, notamment suite à l’adoption de la loi n°13.21 portant usages licites du cannabis.

L’AMCUC avait organisé, du 21 au 23 mai à Tanger, le 1er Congrès marocain sur l’utilisation des dérivés du cannabis, sous le thème « Y a-t-il des limites à la recherche scientifique sur les dérivés du cannabis? ».

Cette rencontre s’est penchée sur l’histoire de la culture du cannabis au Maroc, les caractéristiques de la plante du cannabis marocain, le potentiel et les perspectives de la recherche scientifique dans ce domaine et l’impact socio-économique de la légalisation de la culture du cannabis pour des fins médicales, pharmaceutiques et industrielles.

Elle a également été l’occasion de présenter les résultats d’une enquête menée par l’association sur les usages médicaux du cannabis auprès de 309 personnes. L’enquête a montré que 86,4% des personnes interrogées étaient favorables à l’usage médical du cannabis, et 62,1% pensent que le Maroc dispose de la capacité industrielle pour valoriser la plante de cannabis, alors que 87,4% estiment que les agriculteurs bénéficieront des potentiels de développement économique et social résultant de la légalisation de cette culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.