Casablanca: Plaidoyer contre le mariage coutumier des enfants

Les participants à une rencontre sur le mariage coutumier des enfants, organisée en célébration de la journée internationale des droits de l’Homme ont plaidé pour la mise en place d’actions socio-juridiques pour faire face au mariage coutumier des enfants.

Lors de cette rencontre, tenue mercredi à Casablanca, à l’initiative du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’ONU Femmes et de l’association INSAF sous le thème « Regards croisés : le mariage coutumier, une réforme juridique nécessaire », les participants ont également mis l’accent sur les avancées réalisées dans ce cadre, notant toutefois la nécessité de redoubler d’efforts pour éradiquer ce phénomène.

Meriem Othmani, la présidente d’INSAF, a salué l’ensemble des actions militantes du tissu associatif œuvrant aussi bien dans le plaidoyer que sur le terrain, mettant l’accent sur l’effet bénéfique de toutes les actions entreprises par les partenaires nationaux ou internationaux lesquels ont soutenu et continuent à soutenir les initiatives et les programmes initiés par la société civile.

« Si nous abordons le problème des mariages coutumiers nous nous rendons compte avec effroi des conséquences désastreuses pour la vie des enfants nés de ces unions et de la précarité juridique imposée aux femmes », a-t-elle déploré, rappelant que la procédure du mariage est claire et exige 2 adouls, une dot, le consentement des époux et l’enregistrement de l’acte.

Le programme mondial visant à mettre fin à cette pratique dans les pays à très fort taux de prévalence, dont le lead et la gestion au niveau global sont assurés par l’UNICEF, avec la participation du FNUAP et ONU Femmes, a montré que plus de 12 millions de filles dans le monde sont mariées chaque année avant d’atteindre l’âge adulte, soit une fille sur cinq.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.